Avertir le modérateur

05/02/2012

Jardins, plantes etc trucs et astuces 1

1) le jardin en automne

2) Le jardin en novembre

3) Jardin : les bons gestes de décembre

4) Protéger son jardin de l'hiver 

I) Installer un voilage

****1) les bons gestes de janvier

****2) au jardin d'ornement

****3) Au potager

****4) sur le balcon et terrasse

****5) dans la maison

****6) les gestes indispensables de janvier : des gestes simples

II) Réaliser un buttage

****1) prendre soin de ses rosiers toute l'année

****2) bien acheter ses rosiers

****3) bien planter ses rosiers

****4) Arroser son jardin en cas d'absence : nos conseils

*********** A) Coupez les fleurs fanées avant de partir

*********** B) Enlevez les mauvaises herbes

******************** 1) Les astuces antipucerons

******************** 2) Les plantes antipucerons

******************** 3) Un peu de récup pour chasser les pucerons

*********** C) Paillez le sol

*******************  1) Les astuces pour jardiner sans trop arroser

******************** 2) Dans le jardin, on opte pour le paillage

******************** 3) Tontes de gazon, galets ou plastiques... Choisissez votre paillage

******************** 4) Plante en pot : les techniques pour un arrosage minimal

******************** 5) 10 plantes qui aiment la sécheresse !

******************** 6) Comment économiser l’eau ?

********** D) Arrosez intensivement avant de partir

********** E) Déplacez vos plantes à l’ombre

********** F) Installez un système d’arrosage

********** G) Arrosez dès votre retour

****** 5) Tailler ses rosiers

****** 6) Protéger ses rosiers

****** 7) Couper les fleurs fanées

****** 8) Soigner ses rosiers

III) Installer un tunnel plastique

IV) Pailler les plantes fragiles 

V) Le pot de terre et la cloche

VI) Arracher les plantes bulbeuses

VII) Tous les pots aux abris

VIII) Nos astuces pour une plante verte en pleine forme

*************  A) On époussette sa plante verte

*************  B) On enlève les peaux mortes de sa plante verte

*************  C) On arrose sa plante verte soigneusement

********************* 1) Ma plante verte est malade, comment la soigner ?

*************  D) On fait prendre un petit bain à sa plante

*************  E) On rempote sa plante verte

************************** 1) Quand faut-il rempoter ?

*************  F) On donne de la lumière à sa plante verte

IX) Cultiver ses plantes aromatiques


X) Quelle musique pour mes plantes d’intérieur ?

*********** 1) Pourquoi les plantes aiment la musique ?

*********** 2) Quel genre de musique pour vos plantes ?

*********** 3) Des idées de playlist pour vos plantes

XI) Comment entretenir les orchidées


1)******************** Le jardin en automne

En automne, la terre de votre jardin est ni trop sèche, ni trop humide, c'est

donc le bon moment pour planter arbres et arbustes, bulbes à fleurs, rosiers,

plantes grimpantes, vivaces et arbustes à fruits tels que les framboisiers,

groseillers et cassissiers. Il est temps de cueillir les dernières pommes et

poiresqui ne sont pas encore tombées. Enlevez les feuilles tombées au pied

de vosrosiers pour éviter les parasites et maladies, coupez vos fleurs fânées,

tuteurez les fleurs à haute tige commes les dahlias et enfin, rentrez

orchidées, hibiscus d'intérieur et autres plantes vertes qui ont passé l'été

dehors.

2)******************** Le jardin en novembre

En novembre, l'automne est bien là. Comme le confirme le proverbe "A la

Ste Catherine, tout bois prend racine", c'est la meilleure saison pour faire

toutes les plantations de vos arbres et arbustes. Plantez en bac les

arbustes persistants tels que les conifères, plantez les fruitiers, commencez

l'élagage des arbres et taillez les arbustes qui ont fleuri cet été. C'est

également la période des boutures pour les arbres à petits fruits

(groseilliers, framboisiers) mais également pour les forsythias. Côté fleurs,

vous pouvez planter des vivaces et des bisannuelles dans les massifs et

mettre en pot des bulbes qui fleuriront d'ici à la fin de l'hiver (crocus,

narcisses, tulipes...). Au potager, c'est le moment de bêcher de manière à

aérer la terre durant cet hiver. Le froid et le gel vous aideront dans la

préparation du sol pour le printemps.

Ajoutez de l'engrais à action lente.

Récoltez la mâche, l'oseille, mais aussi les betteraves, carottes,

céleri-rave avant les 1ères gelées. Enfin, arrachez les plantes aromatiques

annuelles comme le basilic, le persil, et le cerfeuil.

3)********************* Jardin : les bons gestes de décembre

Bien que l'hiver ne commence officiellement que le 21 décembre, il faut

prendre sans tarder toutes les précautions pour affronter le grand froid.

Dernières plantations, préparations de la terre, tailles et traitements d'hiver

sont au programme. C'est aussi le bon moment pour donner une nouvelle
allure à vos massifs. Élaguez les arbustes et plantez les haies persistantes

ou caduques. Apportez une fumure au pied des arbres pour les protéger.

Faites également élaguer les grands arbres. Côtés fleur, on protège les

plantes les plus fragiles au gel comme le camélia (la neige brûle les

boutons). Taillez et plantez les rosiers si cela n'a pas été fait plus tôt.

Protégez vos jeunes rosiers du gel.

Petite astuce : après chaque neige, observez les endroits où elle fond en

1er, c'est sûrement les coins les plus chaud du potager ou du jardin. Les

plantes douillettes et frileuses apprécieront d'y être plantées. Attention

par contre, il vaut mieux éviter de marcher sur un gazon gelé ou enneigé

carcela fragilise la pelouse et la rend plus sensible aux maladies.

4)************Protéger son jardin de l'hiver

Protéger son jardin avant l'hiver est indispensable. Il y a des "gestes qui

sauvent", à réaliser dans son jardin, son verger ou sur son balcon. Le

jardin est très sensible aux changements de température. Lors du passage

à l'hiver, plusieurs travaux préventifs sont donc à entreprendre pour

protégerarbres et plantes contre le froid, la pluie, le vent et le gel. Suivez

nos conseils.

I) Installer un voilage

La pose d'un voile d'hivernage permet de protéger les plantes peu

rustiques et exotiques (bougainvillée, bananier, géranium, camélia...)

contre lesvents froids et les gelées nocturnes. Réalisé en polypropylène

souple, il estléger et transparent, et laisse respirer le végétal sans

l'endommager. Il peut s'utiliser en cloche individuelle en enveloppant

entièrement uneplante ou un arbuste (ne pas serrer le nœud à la base), ou

à plat, posédirectement sur les cultures d'un potager. Dans ce cas, le voile

peut être tendu par des piquets aux 4 coins ou maintenu par des pierres en

périphérie demanière à pouvoir l'enlever facilement pour l'arrosage, quand

le temps le permet.

1) Les bons gestes de janvier

Après les températures automnales les plus douces enregistrées depuis

50 ans, l’hiver prend enfin ses marques. Givre, verglas et neige sont au

rdv pour nous rappeler que le jardin entre dans sa période de sommeil.

L’occasion de tout mettre en œuvre pour un réveil en douceur. C’est aussi

le temps de la réflexion avec ses projets d’aménagement, de plantation de

fleurissement.
 

2) Au jardin d'ornement

Les jours courts et les périodes de froid ne nous incitent pas à jardiner.

Profitez cependant des périodes de redoux pour effecteur quelques tailles

et terminez vos plantations qu’il faudra malgré tout arroser.

Taillez les cordons et palmettes des poiriers et des pommiers
Tant qu’il ne gèle pas. Utilisez un sécateur bien affûté gage d’une coupe

nette et veillez à bien désinfecter la lame afin d’éviter la propagation des

maladies d’un arbre sur l’autre.
 
Griffez la terre
Au pied de vos arbres fruitiers ou bêchez superficiellement afin de

perturber les parasites enfouis dans le sol. Le fidèle rouge gorge ne

tardera pas à se poser pour les déloger avec une grande dextérité.
 
Surveillez les liens
Et autres attaches de vos arbres et jeunes arbustes pour s’assurer qu’ils

n’étranglent pas les troncs. Il en est de même avec les étiquettes restés

sur vos rosiers plantés l’an passé. Profitez-enpour reporter le nom des

variétés sur votre carnet de jardin tant que les étiquettes sont encore

lisibles.
 
Poursuivez les plantations d’arbustes à feuillage caduc
Si vous êtes surpris par le gel, entreposez-les dans votre garage non

chauffé en recouvrant les racines nues d’un tissu humide. On peut aussi les

mettre en jauge en recouvrant les racines d’une épaisse couche de sable.
 
Arrosez vos jeunes plantations
Après une longue période de forte gelée, les arbustes à feuillage persistant

notamment les camélias qui ont une plus grande prise au vent se

déshydratent vite.

Apportez une bonne pelletée de compost au pied des rosiers et des

clématites. La pluie et les vers de terre se chargeront de faire migrer les

éléments nutritifs jusqu’aux racines. Les plantes auront ainsi toute la

matière organique nécessaire à un bon démarrage printanier.
 
Effectuez une bonne taille
De vos clématites à floraison estivale en coupant toutes les tiges à 20 cm

du sol. Ne touchez pas au clématites de printemps comme les montana ou

celles à feuillage persistant comme l’armandii.
 
Suspendez aux branches d’un arbre
Des boules de graines enrobées de graisse, hors de portée des chats. Les

mésanges, moineaux et autres pinsons s’y bousculeront tout comme autour

de la mangeoire. N’oubliez pas un petit abreuvoir salvateur en période de gel.


3) Au Potager

Le temps est venu de travailler les parcelles et d’effectuer des apports de

compost ou de fumier.

Continuez à récolter les légumes d’hiver. Commandez les nouvelles

semences vendus sur cataloguecar tout devra être prêt pour les 1ers semis.

Plantez les aromatiques
Comme le thym, la sauge officinale ou la sarriette. Veillez à les installer

plein sud dans une terre bien drainée. Sinon rajouter du sable au mélange

de plantation. Un paillage de gravier les préservera de l’humidité au niveau

du collet.
 
Aérez dans la journée vos châssis plantés de salades d’hiver
Afin d’éliminer l’humidité excessive et d’éviter toute surchauffe néfaste par

une journée ensoleillée.
 
Effectuez des apports d’humus
Dans les planches où vous cultiverez des légumes très gourmands comme

les choux ou les courges. Utilisez du compost du commerce ou du fumier

bien décomposé. C’est cependant inutile pour les rangs d’oignon ou d’ail.
 
Testez vos vieux sachets de graines
Prélevez un échantillon que vous mettrez à germer à l’intérieur sur un

papier humide. Si moins de la moitié des graines à levée au bout d’une

semaine, ne conservez pas le paquet.
 
Poursuivez la récolte des légumes d’hiver
Comme le poireau, la mâche, les premiers pissenlit et les salades cultivées

sous abri.

Commandez dès à présent les semences
De nouvelles variétés de légumes que vous souhaitez tester cette année.

Sans oublier les bonnes vieilles variétés locales classés parmi les légumes

oubliés ou « retrouvés ».
 
Réservez sans plus tarder les semences de pommes de terre
Et plus particulièrement les variétés précoces que vous pourrez mettre à

mettre à prégermer. C’estfacile et plus économique que les plants germés

vendus plus tard en caissettes.
 
Analysez la terre de votre potager
Si vos récoltes de l’an passé n’étaient pas à la hauteur de vos espérances,

il faudra vous résoudreà faire analyser la terre de votre potager. C’est le

plus sûr moyen de connaître les carences du sol et les corriger avant de

relancer les cultures. Il existe des kit d’analyse ainsi que des services

d’analyse dans la plupart des jardineries.


4) Sur le balcon et la terrasse

Si les boules de buis et les conifères assurent la base du décor, rien ne

vous empêche de le compléter avec des fleurs de saison comme les

camélias. Mais attention aux gros coups de froids qui peuvent gâcher bien

des espoirs de fleurissement trop hâtif.

Sortez sans plus tardez le sapin de Noël que vous avez acheté en pot
Plongez le pot dans un seau d’eau afin de réhydrater la motte. Avec un peu

de chance, il reprendra vie et pourra être alors rempoté dans un grand bac.
 
Poursuivez les arrosages des arbustes surtout ceux à feuillage persistant

A l’aide d’une griffe de jardin ou d’une simple fourchette, aérez le sol en

surface trop souvent compacté par les pluie battantes.

Déplacez les plantes fragiles
Si vous avez craqué pour un camélia ou un mimosa en fleurs et que vous

ne disposez ni d’une serre hors-gel ni d’une véranda pour le conservez,

installez-le sur la terrasse. Il suffit de placez son conteneur dans un large

cache-pot et de recouvrir la plante fleurie d’un voile protecteur les jours de

fortes gelées.
 
Garnissez vos jardinières
Avec la bruyère d’hiver, le petit skimmia, l’iris bleu d’Algérie et la véritable

rose de Noël actuellement vendue en fleurs.
 
Surélevez vos belles potées en terre cuite sur des cales du commerce ou de

simples briques. Le fait d’éviter les contact direct avec le sol réduit

considérablement le risque d’éclatement sous l’effet du gel.

Méfiez-vous des chocs thermiques
Ne cédez pas à la tentation d’aérer sur le balcon ou la terrasse votre

oranger ou votre citronnier même le temps d’un après-midi ensoleillé. Le

choc thermique pourrait leur être fatal. Il serait aussi dangereux d’abriter

dans une maison chauffée un olivier accoutumé aux faibles températures

extérieures.
 
Protégez les bulbes
Si vous craignez pour vos bulbes en jardinière qui commencent à pointer le

bout de leur nez, couvrez-les d’un journal pour leur épargner une gelée

nocturne.


5) Dans la maison

Arrosages appropriés, engrais bien dosés et pulvérisations quotidiennes

garderont à vos plantes fleuries toute leur fraîcheur. Surveillez l’apparition

des parasites et offrez à vos plantes vertes un maximum d’éclairage.

Fertilisez les plantes fleuries que l’on vous a offert pour les fêtes
Utilisez un engrais liquide du commerce approprié pour « orchidées » ou

« plantes fleuries ». Ne cédez pas à la tentation d’un rempotage qui ne doit

pas s’effectuer avant le mois de mars.

Arrosez régulièrement
Prolongez la floraison du pointettia ou étoile de Noël en l’arrosant tous les 

2 ou 3 jours. N’hésitez pas à pulvériser l’ensemble du feuillage

quotidiennement avec de l’eau non calcaire à température de la pièce.
 
Examinez le revers de feuillage de vos plantes
Pour détecter la présence de parasites comme les cochenilles de l’oranger

ou du palmier ou les araignées rouges des plantes fleuries. Préventivement

traitez aussi les plantes voisines.
 
Ne laissez pas vos cactus et autres plantes grasses sans une goutte d’eau
Même s’ils sont placés dans une pièce peu chauffée, il faudra veillez à un

petit arrosage toutes les trois semaines.

Nettoyez une fois dans le mois
Les larges feuilles des plantes vertes avec une éponge humide afin de les

débarrasser de la couche de poussière qui obstrue souvent les pores.

Replantez les bulbes de narcisses ou de jacinthes défleuries
Donnez-leur une chance de survie en les replantant dans une jardinière ou

en pleine terre au jardin. Enterrez alors les bulbes de deux fois leur hauteur.
 
Tournez les pots de vos grandes plantes d’intérieur
D’un quart de tour, tous les 15 jours, afin que toutes les faces profitent

d’un éclairage équilibré.
 
Ajoutez un morceau de charbon de bis
A l’eau de votre amaryllis afin que ses racines ne baignent plus en eau

trouble


6) Les gestes indispensables de janvier : des gestes simples

Feuilletez les magazines et les ouvrages spécialisés pour dénicher des idées

d’aménagement à mettre en œuvre dès le printemps.

Continuez à travailler le sol tant que la terre du potager n’est pas gelée ou

trop gorgée d’eau.
 
Ne laissez pas les taupes labourer votre pelouse et évitez de la piétiner

lors qu’elle est recouverte de neige.

Prolongez la floraison de vos cyclamens et azalées d’intérieur en les

plaçant la nuit dans une pièce fraîche.

Ne retirez pas les protections hivernales sous prétexte d’une remontée des

températures car l’hiver est loin d’être terminé.

Effectuez les premiers semis sous serre ou châssis chauffés d’oeillets, de

bégonias, de laitues de printemps ou de carottes courtes.

N’oubliez pas d’appliquer un traitement d’hiver notamment contre les

cochenilles sur les troncs et les branches maîtresses de vos arbres fruitiers.

Débarrassez de leurs feuilles mortes et de leurs rameaux desséchés les

plantes semi-rustiques abrités pour l’hiver.

Surveillez vos bulbes de dahlias et glaïeuls entreposés dans des caissettes

et traiter avec un fongicide dès l’apparitions des premiers signes de

pourriture.

Faîtes s’épanouir dans l’eau des rameaux coupés de forsythia, de

cognassier du Japon ou même de noisetier.

Prolongez le floraison de vos cyclamens et azalées d’intérieur en les plaçant

la nuit dans une pièce fraîche.

Surveillez vos bulbes de dahlias et glaïeuls entreposés dans des caissettes

et traiter avec un fongicide dès l’apparitions des premiers signes de pourriture


II) Réaliser un buttage

Cette technique simple et économe consiste à relever la terre en forme de

butte au pied des plantes. Pratiqué surtout sur les rosiers, certaines plantes

vivaces fragiles et les légumes à tiges ou à bulbes (asperges, artichauts,

poireaux, cardons, etc.), le buttage peut être complété avec une couche de

feuilles mortes et de terreau.

1) Prendre soin de ses rosiers toute l’année

Elle sent bon et on en trouve de toutes les couleurs. La rose est vraiment la Reine des fleurs au
jardin. Mais pour voir ses beaux pétales éclore, il faut en prendre bien soin. De l’achat à la taille
en passant par l’entretien et la plantation, retrouvez tous nos conseils pour bichonner vos rosiers
au jour le jour.

2) Bien acheter ses rosiers

Un rosier peut résister de nombreuses années, alors il est important de bien le choisir avant de le
planter. Vérifiez qu’il soit bien conditionné et que son feuillage soit bien vert. Comptez également
les branches. Elles doivent être au nombre de trois à cinq idéalement.

 Il existe plusieurs catégories de rosiers :

- Les rosiers à racines conditionnées (on les nomme racines nues, en motte ou en pot) : ceux–ci ne
sont pas enracinés et sont donc moins cher à l’achat. Il faut les planter entre octobre et mars et
surveiller leur croissance.

- Les rosiers en conteneurs : ces derniers sont enracinés, donc en pleine végétation. C’est donc un
vrai jeu d’enfant de les replanter.

3) Bien planter ses rosiers

L’emplacement : il doit être idéal en fonction de la catégorie de rosier choisie. Généralement les
rosiers préfèrent être exposés au soleil pour permettre une floraison abondante.

Le sol : la terre doit être généreuse, sans se dessécher trop vite. Creusez un trou deux fois plus
grand que votre motte. Déposez au fond un peu de terreau et de compost. Si possible, avant de
planter votre rosier, humidifiez la motte. Placez-la ensuite dans le trou en veillant à ce que le collet
(l’endroit d’où partent les tiges) dépasse un peu au-dessus sol. Tassez ensuite fermement la terre
autour de la motte et arrosez.

4) Arroser son jardin en cas d'absence : nos conseils

Vous partez en vacances, en week-end… Oui mais qui va s’occuper d’arroser votre jardin? Si
certaines plantes peuvent très bien supporter la sècheresse, d’autres en revanche méritent quelques
précautions avant le départ. Alors si vous n’avez pas de voisin dévoué à proximité, on vous donne
les bons tuyaux pour partir l’esprit tranquille.

A) Coupez les fleurs fanées avant de partir
Tout d’abord, avant votre départ, l’idéal est de prendre le temps de couper toutes les fleurs fanées.
Enlevez même celles qui risquent de se flétrir en votre absence et qui sont déjà bien épanouies.

En effet enlevez les fleurs fanées dans votre jardin vous permet d'assurer une éventuelle nouvelle
floraison et surtout d'empêcher la formation de nouvelles tiges inutiles.

Pour cela, prenez un sécateur et procédez à une coupe en biseau juste au-dessus de la 3ème ou
4ème feuille. De cette manière, vous obtiendrez des tiges suffisamment longues pour vos bouquets
et vous avez toutes les chances de voir pousser de nouvelles fleurs.

B) Enlevez les mauvaises herbes

Les mauvaises herbes gênent la pousse de vos plantes. Alors pour qu’elles puissent grandir
tranquillement en votre absence, n’oubliez pas d’ôter ces herbes folles et de biner légèrement le sol.

1) Les astuces antipucerons

Certains conseillent de planter des œillets d'inde au pied des rosiers pour chasser les pucerons. Mais
à en croire, les forumeuses, le résultat est assez décevant. En revanche, le plus efficace et le plus
"écolo" pourrait bien être… une colonie de coccinelles. Entre les deux, les recettes éprouvées ne
manquent pas. La preuve.

Les élixirs antipucerons

 • Le savon noir
Je pulvérise régulièrement sur tous mes légumes la valeur d'un bouchon de savon noir à l'huile de
lin (bio) dans un litre d'eau. Traiter tous les 6 à 8 jours.

 • Le purin d'ortie dilué
 "Comment faire ? Couper des orties, les mettre dans un seau avec de l'eau attendre 5 jours mini,
filtrer (ça pue) et le mettre en bouteille. S'en servir dilué, sinon c'est du désherbant pur !
 (Même chose pour le purin de feuilles de rhubarbe.)"

"Compter 1 kg d'orties pour 10 litres d'eau. Diluer ensuite 20 fois".

 • L'infusion pour la maison
Ce qui est super efficace aussi contre les pucerons, c'est une infusion de fleurs de camomille avec
quelles gouttes d'huile essentielle de lavande. C'est écologique, efficace et en plus, ça sent bon si
on veut vaporiser sur des plantes dans la maison.

2) Les plantes antipucerons

 • La ciboulette
"Pour les rosiers, depuis 3 ans, j'ai planté au pied de chacun, de la ciboulette."

 • L'ail
"Au pied de mes rosiers et aussi de mes courgettes, j'ai planté des gousses d'ail. 15 jours plus tard
plus un puceron !"

 • La lavande
"Planter des pieds de lavande parmi vos rosiers ou en bout de massif et il n'y aura plus aucun
puceron sur vos rosiers !"

3) Un peu de récup pour chasser les pucerons

 • Le marc de café
Mettre du marc de café au pied des rosiers (après la pluie il faut renouveler l'opération.

 • Les cigarettes
"Récupérer les mégots de cigarettes, les faire mariner dans de l'eau (beaucoup de mégots dans un
seau d'eau). Quelques jours après (quand c'est bien marron), verser au pied de tes rosiers. C'est
radical et sans danger pour la nature."

Et plein d'autres astuces
Anti limaces, désherbages des allées, entretien des rosiers, protection de vos légumes…

C) Paillez le sol

Le système de paillage a plusieurs des avantages. Il permet tout d’abord d’absorber et de retenir
l’humidité du sol en été. Il limite donc le phénomène de transpiration des plantes. Il protège ensuite
le sol des intempéries comme la pluie ou le vent. Enfin il empêche les mauvaises herbes de
pousser.

1) Les astuces pour jardiner sans trop arroser

Entre les restrictions d’eau et les absences pour causes de vacances, vos plantes ne verront
peut-être pas la vie en vert cet été. Alors suivez nos conseils pour rendre heureux votre jardin tout
en arrosant moins.

2) Dans le jardin, on opte pour le paillage

Très apprécié des jardiniers, le paillage est une technique qui consiste à tapisser le sol d’une litière
végétale, minérale et même plastiqu e. Pailler apporte de nombreux avantages à votre jardin.

Le paillage permet principalement de limiter l’arrosage. Sur un sol nu, une partie de l’eau s’évapore.
En plus de cette évaporation, en été, les racines des plantes se réchauffent. D’où la nécessité
d’arroser très régulièrement son jardin.

Le paillage absorbe l’eau, le sol reste donc frais et surtout humide. Cette technique est idéale pour
réduire l’arrosage tout en conservant de belles plantes.

Pas entièrement convaincu ? Lorsque vous paillez un sol avec des matières organiques, la terre est
nourrie en humus et les mauvaises herbes ne peuvent pas pousser sous la litière.

3) Tontes de gazon, galets ou plastiques... Choisissez votre paillage

Les matériaux utilisés pour le paillage sont nombreux et sachez que vous pouvez en trouver certain
dans votre jardin.

La tonte de gazon est un vrai bonheur pour vos plantes ! Après avoir tondu votre pelouse, il vous
suffira simplement de la verser sur le sol désherbé. Faites un tapis de 3 à 10 cm d’épaisseur selon
la taille de vos plantes (jeunes semis, vivaces : 3 cm ; arbustes, légumes, fraisiers : 10 cm). Ce
type de paillage se transforme en un très bon terreau.

Gardez également les tailles de haies à feuilles tendres comme le buis, le camérisier ou encore le
fusain ainsi que les tailles de haies plus grossières. L’idéal est de tapisser le sol avec ce paillage
en automne.

Les feuilles mortes de tilleul, noisetier, érable et bouleaux font un très bon paillage.

Évitez les aiguilles de pin, les feuilles de thuyas et autres arbustes persistants qui se dégradent
difficilement.

Les minéraux comme les galets, billes d’argiles, grosses pierres plates ou encore cailloux
conservent une terre fraîche. Même en été si la surface est chaude, le sol restera au frais.

Dernière option de paillage : les films plastiques, bâche verte ou le carton ondulé. Peu esthétique
et coûteuse, cette technique est cependant efficace.

4) Plante en pot : les techniques pour un arrosage minimal

Les plantes en pot sont parfaites pour décorer un jardin ou un balcon. Et là aussi, il existe quelques
astuces pour limiter l’arrosage.

La 1ère étape est de rempoter la plante dès son achat. Choisissez bien un grand pot car plus le
contenant est petit, plus la plante a soif. N’achetez pas de pot en dessous de 20 cm de diamètre
ni de jardinière peu profonde (30 cm de profondeur est idéal).

Pour garantir l’humidité de la terre, vous pouvez tester les grains humidifiants(qui absorbent l’eau
pour la libérer au fur et à mesure) ou les nappes absorbantes(même principe que les grains). Ces 2
techniques ne sont pas à utiliser avec des plantes sèches ou grasses.

Encore une fois, le paillage sera votre allié ! Placez des galets ou des gros graviers au pied de la
plante dans le pot.

Petite astuce: si vous partez en vacances, enterrez le pot dans un endroit ombragé. Vos plantes
auront plus de chance d’être vivantes à votre retour

5) 10 plantes qui aiment la sécheresse !

Voici une sélection de 10 plantes qui aime rester au sec ! Vous n’aurez pas besoin de les arroser,
ou alors très peu. Les fleurs de certaines sont magnifiques et réveilleront votre jardin en été.

 L’iris des jardins
 Les plantes grasses
 L’hélichrysum d’Italie (plante de garrigue à fleur jaune)
 Le romarin
 Le câprier (qui ne supporte pas l’humidité)
 La lavande
 Le sédum âcre ou poivre de muraille
 Le laurier-rose
 Le frémontia (plante à fleur jaune qui adore le soleil)
 Echinops boule d’azur

6) Comment économiser l’eau ?

Les récupérateurs d’eau sont de plus en plus répandus dans les jardins. Et pour cause… Une cuve
permet de récupérer des mètres cube d’eau de pluie. Il en existe de toutes les tailles. À vous de
choisir si vous souhaitez l’enterrer ou l’intégrer en surface dans votre jardin.
Cette eau est gratuite et parfaite pour arroser votre jardin pendant la saison sèche.

L’ arrosoir est également une bonne méthode pour économiser de l’eau. Cela vous permet d’adapter
la quantité d’eau pour chaque plante. Et n’oubliez pas que pour une meilleure absorption, il est
préférable d’arroser au crépuscule.

D) Arrosez intensivement avant de partir

La veille de votre départ, de préférence le matin tôt ou le soir, arrosez toutes vos plantes
généreusement. Faites baigner les pots dans une bassine/ une baignoire ou encore remplissez leur
soucoupe d’eau.

E) Déplacez vos plantes à l’ombre

Si vous avez des pots de fleurs, essayez de les déplacer et de les laisser à l’ombre pendant votre
absence.

F) Installez un système d’arrosage

Si vous vous entre une semaine et trois semaines, optez pour un système d’arrosage automatique :
le goutte à goutte ou l’asperseur. Ces solutions ne sont pas très couteuses à mettre en place.
Comptez moins de 20 euros pour un asperseur et moins de 50 euros pour le goutte à goutte.

Si vous partez seulement quelques jours, vous pouvez installer un système D au pied de vos
plantes. Explications : prenez une bouteille en plastique en prenant soin de couper son fond. Faites
un petit trou dans le bouchon et placez la bouteille à l’envers au pied de la racine de chacune de vos
plantes. Vérifiez que l’eau ne s’écoule pas trop vite.

Sinon achetez des bacs à réserve d’eau qui s’intègrent parfaitement aux pots de fleurs, aux balconnières.

G) Arrosez dès votre retour

Lorsque vous revenez, vérifiez que vos installations d’arrosage ont bien fonctionné. Et procédez à
un arrosage classique de toutes vos plantes en vous assurant qu’elles sont toutes bien en forme.

5) Tailler ses rosiers

Les rosiers doivent être taillés une fois par an, en mars idéalement selon l’adage : « Taille tôt,
taille tard, taille toujours en mars ».

Sachez qu’il ne faut jamais tailler ses rosiers en période de gel.

Pour les rosiers buissons, on taille court jusqu’à 10 à 15 cm, soit 3 à 5 yeux. Et si la branche
mesure moins de 1 cm de diamètre, vous pourrez tailler juste au-dessus du premier bourgeon
tourné vers l’extérieur. On conserve 3 à 7 branches principales. Il s’agit de laisser passer la lumière
pour une meilleure floraison.

Pour les rosiers grimpants, on conserve 5 à 7 branches principales et on coupe les latérales à 2 yeux
pour les rosiers non-remontants et à 5 ou 6 yeux pour les remontants.

Dans tous les cas, n’ayez pas peur d’être sévère sur la coupe, votre rosier n’en sera que plus
heureux.

6) Protéger ses rosiers

Pour que votre rosier résiste aux intempéries, aux agressions, il est nécessaire de lui fournir un peu
d’engrais de temps en temps. Choisissez de l’engrais organique, plutôt que chimique et déposez le
autour des rosiers.

Lisez attentivement les consignes d’utilisation et déchiffrez bien les étiquettes afin de connaître leur
composition et s’assurer que l’engrais est bien naturel.
 
7) Couper les fleurs fanées

Rien ne vous oblige à couper régulièrement les roses fanées, mais c’est quand même plus joli. Pour
réaliser cette opération, comptez deux feuilles en dessous de la fleur fanée et procédez à la coupe.

Profitez-en pour repérer les gourmands. Si vous voyez apparaître une pousse un peu trop
vigoureuse, avec des épines et des feuilles différentes de votre variété de rosier, il va falloir les
couper rapidement. Ces pousses naissent sous la greffe du rosier et détourne la sève de votre
plant.

8) Soigner ses rosiers

Il arrive parfois que vos rosiers ne soient plus très en forme. On peut constater généralement les
symptômes suivants :

- Votre rosier a des tâches noires sur les feuilles : c’est une maladie provoquée par un champignon
appelé le marsonia. Il apparaît souvent lors de fortes chaleurs.
 
La solution : attendez l’automne pour nettoyer vos rosiers, c’est-à-dire enlever les feuilles malades
et les traiter avec de la bouillie bordelaise. Ces gestes éviteront à la maladie de se propager d’une
année sur l’autre.
 
- Votre rosier a un duvet blanc : cette maladie est appelée oidium. C’est aussi un champignon qui
masque avec un duvet blanc les tiges et les feuilles de votre rosier. Il attaque lorsqu’il y a de fortes
variations de température (au printemps et à l’automne).

La solution : vous pouvez opter pour un traitement printanier (de préférence) au bicarbonate de
soude (il empêche la formation du champignon responsable de la maladie) ou au soufre.
 
- Votre rosier a des tâches de rouille : cette maladie se développe par temps humide à partir du
printemps jusqu’à la fin de l’été. Si elle ne fait pas mourir le rosier, elle n’est pas très esthétique
et surtout elle peut contaminer les autres arbustes de votre jardin.

La solution : un fongicide à appliquer entre février et septembre.

Sachez également que certaines variétés de rosier sont plus résistantes que d’autres aux maladies
comme Emera, Iceberg, The Fairy, Robin Hood, Ghislaine de Féligonde, Toby Tristan, Lucia.

III) Installer un tunnel plastique

Les tunnels en plastique vendus en jardineries servent à hiverner les planches de légumes et les
jeunes semis du potager (mâche, salades, oseille, poireaux, etc.). Ils doivent être retirés pour
permettre l'arrosage.

IV) Pailler les plantes fragiles

Paille, écorces, branchages et feuilles mortes constituent une très bonne protection pour les racines
des plantes les plus frileuses. Les paillis sont à disposer à la base et doivent être aérés
régulièrement après les pluies pour éviter les risques de pourrissement.

V) Le pot de terre et la cloche

Retourné, un pot de terre permet de protéger efficacement les souches des petites plantes qui
perdent leurs feuilles en hiver. L'orifice de drainage sert alors de bouche d'aération. Le pot doit être
retiré dès l'apparition des premières feuilles. Pour les plantes à feuillage persistant, on utilisera une
cloche transparente comportant un trou d'aération.

VI) Arracher les plantes bulbeuses

Les plantes bulbeuses ou tubéreuses qui résistent mal à l'humidité, comme les dahlias ou les
bégonias, peuvent être déterrées pour passer l'hiver bien au chaud. Quand les feuilles ont disparu
après les premières gelées, les souches sont arrachées puis placer dans des cageots à l'intérieur
d'un local ou d'un garage, à l'abri du gel.

VII) Tous les pots aux abris

Dans un pot, les racines souffrent plus du froid qu'en pleine terre. A la veille des premières gelées,
les pots doivent prendre la direction d'un abri. Les plantes qui conservent leurs feuilles en hiver sont
placées dans un endroit lumineux ; une véranda, une serre, ou à l'intérieur de la maison, près d'une
fenêtre. Les pots volumineux qui ne peuvent pas être déplacés seront recouverts de plusieurs
couches d'un voile ou d'une bâche en plastique.

VIII) Nos astuces pour une plante verte en pleine forme

Vos plantes vertes sont une véritable bouffée d’air pur dans votre home sweet home. Pour qu’elles
restent belles, vertes et en pleine santé, vous devez lui accorder quelques soins indispensables.
Notre to do liste, réalisée avec l’Office hollandais des fleurs, pour faire plaisir à vos plantes
d’intérieur.

A) On époussette sa plante verte

La poussière s’accumule sur vos meubles ? Et bien c’est exactement la même chose sur votre
plante verte. Du coup, cette couche de poussière est une véritable barrière au soleil et à la lumière.
La photosynthèse est donc réduite. Alors pour aider votre plante à mieux respirer, passez de temps
en temps le plumeau sur son feuillage. Mieux encore, prenez une éponge légèrement humidifiée ou
un chiffon et nettoyez les feuilles une à une. Faites attention, car les feuilles de votre plante chérie
sont fragiles !

L’astuce en plus : profitez du passage d’une petite pluie fine pour mettre votre plante verte sur
votre balcon ou dans le jardin, à condition qu’il ne fasse pas froid. C’est la meilleure façon de
s’attaquer à la poussière. Sinon vous pouvez aussi la doucher à l’eau tiède.

B) On enlève les peaux mortes de sa plante verte

Comme vous, une plante verte a régulièrement besoin d’une petite mise en beauté. Vous lui ferez
plaisir en enlevant les fleurs fanées et/ou les feuilles mortes. Tout d’abord c’est laid. Et ensuite il
faut savoir que les vilains champignons s’attaquent d’abord aux feuilles desséchées avant de s’en
prendre aux feuilles saines et d’envahir toute la plante.

Du coup n’oubliez pas d’ôter les parties inesthétiques très régulièrement, tout au long de l’année.

L’astuce en plus : pour bien effectuer cette mise en beauté, servez-vous d’un sécateur.

C) On arrose sa plante verte soigneusement

Tout d’abord vérifiez, en plantant votre doigt dans la terre, si votre plante a soif ou pas. Lorsqu’elle
a besoin d’eau, la terre est sèche. Arrosez la de préférence le matin avec une eau à température
ambiante. Pendant l’automne et l’hiver, hydratez-la tous les 15 jours et toutes les semaines au
printemps et en été.

L’astuce en plus : attention si vous avez un cache pot, vérifiez que l’eau n’y stagne pas après
l’arrosage. Si c’est le cas, les racines pourraient bien pourrir à cause de l’excédant d’eau.
Et si vous trouvez que votre plante est trop sèche, car l’humidité de la pièce n’est pas assez forte,
passez régulièrement un petit brumisateur avec de l’eau sur ses feuilles.

1) Ma plante verte est malade, comment la soigner ?

* Ses feuilles deviennent jaunes

Le problème : Les feuilles de ma plante verte sont devenues brunâtres sur les bords, avant de
jaunir.

La solution : votre plante souffre pendant l’hiver, car l’humidité de l’air est trop faible. C’est vrai,
lorsque vous utilisez des chauffages électriques. Du coup, elle préfère se séparer de certaines
feuilles pour limiter l’évaporation. C’est en fait un système de survie. Pour éviter ce jaunissement
des feuilles, éloignez vos plantes des sources de chaleur. Vous pouvez aussi installer des
humidificateurs d’air ou des verres remplis d’eau près des chauffages.

Et pour choyer un peu vos plantes, faites-leur écouter de la musique

* Ses feuilles sont ramollies

Le problème : depuis quelques jours, lorsque vous touchez les feuilles de votre plante verte, elles
sont complètement ramollos. Et les tiges sont un peu creuses au toucher. Que se passe-t-il
docteur ?

La solution : votre plante a trop ou pas assez d’eau. On peut faire mourir une plante en l’arrosant
trop généreusement, car les racines dépérissent si elles sont trop humides. Et idem si on ne l’arrose
pas assez…

* Ma plante a des taches brunes

Le problème : les feuilles de votre plante verte deviennent brunes, c’est peu esthétique et aussi,
inquiétant.

La solution : dans ce cas, il s’agit de maladies ou de champignons. En tout cas, ce symptôme est
assez alarmant. Il faut agir vite et trouver le traitement adapté. Pour parer au plus pressé, amenez
votre plante ou une feuille malade à votre expert en jardinerie afin qu’il vous conseille le meilleur
remède.

* Ses feuilles sont trouées

Le problème : les feuilles de votre plante verte sont comme perforées. Vous pensez à juste titre
qu’il s’agit d’une maladie, mais peut-être est-ce juste un problème d’emplacement…

La solution : tout d’abord, demandez-vous où est placée votre plante ? La journée, quand vous
n’êtes pas là, n’est-elle pas trop exposée au soleil ? D’accord certaines plantes vertes ont besoin de
beaucoup de lumière, mais il faut tout de même éviter les brûlures dues au soleil.
Attention, il peut aussi s’agir de l’activité d’une chenille ou d’un coléoptère. Inspectez très
rigoureusement votre plante pour être sûr de trouver le bon coupable.

* Ma plante a des boutons blancs

Le problème : votre plante vous fait une petite poussée d’acné. Est-ce qu’elle peut s’en sortir, elle
aussi, avec un bon gommage ?

La solution : ce symptôme suppose une maladie très grave : botrytis ou oïdium. Conséquence : au
départ les feuilles se parent des petits points blancs, avant de commencer à pourrir. Hélas ces
maladies sont contagieuses et se répandent très rapidement. Malheureusement il est préférable de
se débarrasser de la plante infestée pour éviter la contamination des autres.
Mise en garde : l’apparition de quelques tâches blanches peut également être une réaction due à une
baisse de température. Si possible, demandez conseil à votre vendeur habituel avant de passer à
l’action.

* Ses feuilles tombent

Le problème : les feuilles de votre superbe plante verte se mettent tout à coup à tomber.
Aurait-elle besoin d’une petite coupe d’hiver ?

La solution : votre plante n’a pas assez de lumière. C’est le cas lorsque l’on passe de l’été à
l’hiver. Vous savez sûrement que l’air est plus sec en hiver, du coup déménagez-la et mettez-la
près de la lumière. N’hésitez pas aussi à tailler un peu votre plante verte pour qu’elle repousse
encore mieux au printemps prochain.

D) On fait prendre un petit bain à sa plante

Certaines plantes vertes aiment être immergées dans l’eau. Remplissez votre baignoire ou votre
évier avec un fond d’eau et mettez-y votre plante en ayant pris soin d’enlever son cache pot. Grâce
à cet arrosage par immersion, votre plante se gorge d’eau par la racine. L’orchidée, par exemple,
adore les baignades hebdomadaires.

L’astuce en plus : pour savoir combien doit durer ce petit bain, attendez que la surface soit un peu
mouillée pour la retirer.

E) On rempote sa plante verte

Votre plante a besoin d’un endroit propre, confortable et à sa taille pour bien grandir et se
développer. Du coup il est important de rempoter vos plantes vertes tous les 2 ans maximum. En
effet, au bout d’un moment, la terre s’épuise et ne dispose plus des nutriments nécessaires à la
bonne santé de votre plante. Comment le savoir ? Le terreau de votre plante devient plus clair,
blanchâtre. Il n’absorbe plus l’eau et la lisse couler. Autre indice : les racines de la plante
dépassent parfois du pot !

L’astuce en plus : le rempotage doit se faire juste avant le printemps au moment où vous voyez
une nouvelle pousse apparaître.

1) Quand faut-il rempoter ?

Faut-il rempoter votre plante ? Si malgré vos soins constants, elle fait grise mine, c’est peut-être
parce qu’elle est à l’étroit dans son pot et qu'elle a besoin d'un rempotage. Nos conseils.

* Quand faut-il rempoter une plante ?

Lors de l’achat, choisissez un pot de largeur légèrement supérieure à celui d’origine (entre 3 et 5 cm
de diamètres en plus). N’achetez pas un modèle trop grand. Les racines ne trouveront pas leurs
repères et votre plante ne se plaira pas. Le mieux est de la rempoter au fur et à mesure de sa
croissance.

* Quand son pot devient trop petit ?

Si votre plante est maigrichonne, si les feuilles jaunissent ou tombent, si les racines cherchent à
s’échapper par le trou d’aération : c’est le bon moment d’envisager un rempotage, elle manque de
place. Toujours le même conseil, choisissez un pot légèrement plus large.
 
* Quel est le meilleur moment pour le rempotage?

Les moments idéaux sont le début du printemps et la fin de l'été. En mars, par exemple, la plante
entre en période de végétation après une longue période de repos. Le retour de la lumière et de la
chaleur réactive sa croissance, ses racines vont avoir besoin d’espace.
 
* Pot ou cache-pot ?

Ils n’ont pas la même utilité, l’un sert de contenant de culture et l’autre sert d’élément de
décoration. Les plantes doivent donc toujours être placée dans un pot, le cache-pot est accessoire.
Indispensable, le pot doit être troué (en-dessous) pour éviter que les racines ne baignent dans l’eau.

Les poteries sont idéales : elles sont poreuses, l’eau en surplus s’évapore et les racines sont
aérées. Les pots perméables (plastiques…) retiennent l’eau, il faut donc faire attention à ne pas
trop arroser. Si vous craquez pour un cache-pot, pensez à glisser au fond des billes d’argile pour
absorber l’humidité.


****Pratique

*J’arrose quand ?

Tout dépend de la période. Entre mars et fin octobre, la plante est en végétation, la plante a besoin
d’eau très régulièrement (1 à 2 fois par semaine) et d’engrais, tous les 15 jours.

Lorsqu’elle est en repos de végétation (l’hiver), arrosez-là qu’une fois par semaine. Il est préférable
qu’elle vous donne des signes de désydratation ; un arrosage trop conséquent pourra lui être fatale.
Ajoutez de l’engrais une fois par mois seulement.
Humidifiez régulièrement son feuillage par brumatisation.
 
F) On donne de la lumière à sa plante verte

La lumière est un élément indispensable pour une plante en bonne santé. Pour elle, comme pour
vous la lumière c’est la vie. Donc lisez bien l’étiquette sur votre plante ou demandez conseil à
votre conseiller en jardin avant d’acheter une plante verte.

L’astuce en plus : si vous voyez les feuilles de votre plante jaunir, c’est sûrement parce qu’elle
manque de lumière.

IX) Cultiver ses plantes aromatiques

Elles sont belles, elles sentent bon, ce sont les plantes aromatiques. Et c'est le moment de les
planter ! Aneth, basilic, ciboulette, estragon ou encore menthe, ces fines herbes permettent de
parfumer vos petits plats, tout en apportant une touche de vert à votre chez vous.
 
Comment les cultiver, les récolter, les conserver... On vous dit tout pour entretenir votre jardin de
curé toute l'année, en toute sérénité.

********* Aneth

Fiche pratique de l’aneth
 
 Nom latin : Anethum graveolens
 Noms vernaculaires: aneth odorant, fenouil bâtard, faux anis.
 Catégorie: plante de cycle annuel.
 Période de semis : d'avril à juin.
 Semis : en ligne ou à la volée
 Exposition : ensoleillée à mi-ombragée.
 Sol : léger plutôt sec.
 Distance entre les plants : 20cm.

**** Comment cultiver l’aneth ?

L'aneth est plus à l'aise dans un jardin même sec que dans un pot étroit. Elle tiendra volontiers
compagnie aux fèves et aux capucines.

Cette grande plante qui fleurit en éte développe un feuillage très découpé. Ses graines parfument
les liqueurs et les cornichons. On utilise ses feuilles aromatiques pour parfumer les salades, les
soupes, les viandes et les poissons.
 
**** Quand récolter l’aneth ?

2 mois après le semis, on peut prélever dès juin les premières feuilles sur la plante. Comptez près
de 6 mois pour pouvoir récolter les graines brunes en septembre.
 
**** Comment conserver l’aneth ?

On laisse sécher les feuilles ainsi que les graines à l'ombre avant de les enfermer dans des bocaux
hermétiques. Les feuilles se gardent bien au congélateur.
 
************** Le saviez-vous?

L'aneth éloigne les pucerons dans les rangs de haricots ou de fèves et repousse la mouche de la
carotte.

************ Cultiver, récolter et conserver le basilic

Fiche pratique du basilic
 
 Nom latin : Ocimum basilicum
 Noms vernaculaires: pistou, basilic romain.
 Catégorie: plante à cycle annuel.
 Période de semis : mars-avril à chaud.
 Semis : en godet ou en caissette.
 Exposition : ensoleillée et abritée du vent.
 Sol : riche, frais mais bien drainé.
 Période de plantation : dès la mi-mai.
 Distance entre les plants : 25cm.


**** Comment cultiver le basilic ?

Le basilic est frileux, il déteste les courants d'air et réclame des arrosages suivis, soit 3 à 4 fois
par semaine en plein été. Ne laissez pas le basilic monter à graines et soutenez sa croissance avec
de l'engrais liquide. C'est dans un pot sur le rebord d'une fenêtre que l'on suit le mieux sa culture.
Pensez à couper régulièrement les boutons floraux pour favoriser la pousse des feuilles.

**** Quand récolter le basilic ?

3 mois après le semis, on peut prélever les premières feuilles. Il est recommandé de pincer les
tiges qui ont tendance à monter à graines surtout par temps chaud. Supprimez tous les boutons
floraux.
 
**** Comment conserver le basilic ?

Les feuilles se gardent bien au réfrigérateur et exhalent leur parfum si vous les coupez en fines
lamelles avec une paire de ciseaux. On peut congeler le basilic, le sécher au four ou le garder dans
une conserve avec de huile d'olive.
 
*******************Le saviez-vous ?

Le basilic est le meilleur compagnon des plants de tomates qu'il protège des maladies et des
parasites. On l'associe volontiers aussi à la courgette et au fenouil.

Sa saveur épicée entre dans la composition de la soupe au pistou.


******** Ciboulette

 Fiche pratique de la ciboulette
 
 Nom latin : Allium schoenoprasum.
 Noms vernaculaires: civette des jardins, fausse échalote.
 Catégorie : plante vivace.
 Période de semis : de février à avril.
 Semis : en ligne.
 Exposition : ensoleillée à mi-ombragée.
 Sol : riche et gardant la fraîcheur.
 Période de plantation : printemps et automne.
 Distance entre les plants : 30cm.


**** Comment cultiver la ciboulette ?

La ciboulette est une plante facile qui se contente d'une bonne terre de jardin. Elle survit en pot
mais préfère la pleine terre. Chaque année, au printemps, on recommande de diviser les touffes
pour leur garder leur vigueur. Pensez à l’associer au persil et au thym dans votre carré de plantes
aromatiques.
 
**** Quand récolter la ciboulette ?

Les feuilles se récoltent au fur et à mesure des besoins de mars aux première gelées d'automne.
Cela n'empêche pas les touffes de grossir chaque année. On peut même consommer les fleurs en
salade.
 
**** Comment conserver la ciboulette ?

On ne garde les feuilles fraîches que deux à trois jours. Mais on peut parfaitement les ciseler puis
les congeler.
 
***************Le saviez-vous?

La ciboulette a le pouvoir de protéger les rosiers des attaques de taches noires causées par un
champignon. L'espèce commune à la saveur d'ail et d'oignon est irremplaçable.

***************Estragon

 Fiche pratique de l’estragon
 
 Nom latin : Artemisia dracunculus
 Noms vernaculaires : estragon vrai, armoise âcre.
 Catégorie: plante vivace.
 Exposition : ensoleillée et chaude.
 Sol : riche, léger et très bien drainé..
 Période de plantation : avril et mai.
 Distance entre les plants : 50cm.


**** Comment cultiver l'estragon ?

Cette plante vivace ne produit pas de graines et accuse une courte durée de vie. Mieux vaut en
replanter chaque année. L'estragon se plait en pleine terre au pied d'un mur ensoleillé plutôt que
dans un pot étroit. Il ne vit pas longtemps et passe rarement l'hiver. On peut cependant le protéger
du froid et de l'humidité sous une cloche en verre après l'avoir rabattu de moitié.
 
**** Quand récolter l'estragon ?

Attendez un bon mois avant de récolter des rameaux sur les jeunes plantes. On ceuille toujours les
tiges avec les feuilles.
 
**** Comment conserver l'estragon ?

Les feuilles se conservent une bonne semaine dans une boîte hermétique au réfrigérateur. On peut
aussi les sécher ou les congeler fraiches ou blanchies.
 
*************Le saviez-vous?

En mai, on peut diviser les touffes d'estragon en petits éclats munis de racines à repiquer en pleine
terre. Son goût anisé et poivré parfume les potages, poissons et volailles mais aussi la sauce
béarnaise. Seul le vrai estragon est digne d'être cultivé car celui de Sibérie n'a aucun intérêt
gustatif.

**** Menthe

 Fiche pratique de la menthe
 
 Nom latin : Allium schoenoprasum.
 Noms vernaculaires: menthe verte.
 Catégorie : plante vivace.
 Période de semis : de février à avril.
 Semis : en ligne.
 Exposition : ensoleillée à mi-ombragée.
 Sol : riche et gardant la fraîcheur.
 Période de plantation : printemps et automne.
 Distance entre les plants : 30cm.


**** Comment cultiver la menthe ?

La menthe est pour le moins envahissante. On conseille vivement de limiter son extension en
cultivant chaque variété dans un conteneur individuel et enterré. En pot, il faut suivre l'arrosage
estival et placer une soucoupe pour garder la fraîcheur au pied.
 
**** Quand récolter la menthe ?

Dès le printemps, on peut couper les jeunes pousses sans pour autant perturber la croissance de
cette plante vigoureuse. Octobre marque la fin des récoltes.
 
**** Comment conserver la menthe ?

Les feuilles séchées en bottes se conservent dans une boîte en fer blanc ou dans des bocaux. Les
tiges tendres peuvent se congeler en fin de printemps.
 
***************Le saviez-vous ?

L'odeur forte de la menthe éloigne les pucerons, les fourmis… et les tiques !
Sa saveur fraîche et mentholée ravit les papilles. Tonique et digestive, elle s’utilise dans les
salades vertes, les salades de fruits et les tisanes.


X) Quelle musique pour mes plantes d’intérieur ?

On dit souvent qu’il faut parler à ses plantes vertes pour qu’elles s’épanouissent. Saviez-vous
qu’elles aiment aussi être bercées par quelques notes de musique ? On vous donne des conseils
pour faire swinguer vos plantes avec l’Office Hollandais des Fleurs

1) Pourquoi les plantes aiment la musique ?

Plusieurs études ont montré que les plantes sont sensibles aux ondes sonores provoquées par la
musique. Si elles ne réagissent pas dans l’immédiateté, il semble qu’elles grandissent plus vite.
D’ailleurs un chercheur a fait écouter de la musique à ses plants de tomates. Ces derniers se sont
développés deux fois plus vite par rapport à ceux qui n’ont pas profité des douces mélodies. Même
constat sur le blé.
 
L’explication : on la doit au Professeur Stefano Manusco de l’Université de Florence. Selon lui, les
cellules des plantes ont en surface des canaux ioniques, tels que des pores. Les ondes sonores
auraient donc une influence sur l’ouverture et la fermeture de ces pores.

2) Quel genre de musique pour vos plantes ?

Les plantes aiment la musique, mais pas n’importe laquelle !

Il faut tout d’abord une musique douce et à une fréquence inférieure à 1000 Hertz. Inutile donc
d’amener votre plante en discothèque pour la rendre belle et épanouie. Elle risquerait de faire grise
mine.

Côté style, il vous faut opter pour une musique classique. Mozart a déjà fait ses preuves. Grâce à
cette méthode, un vigneron italien a pu vendanger sa récolte deux semaines avant ses confrères.

Quoi qu’il en soit le rock ne fait pas l’unanimité pour nos amies, les plantes vertes. Il semblerait
que ce style de musique leur est fatal, à tel point que leurs feuilles se ratatineraient d’un coup !

3) Des idées de playlist pour vos plantes

On vous invite à faire votre propre playlist spécial plantes.

 Une playlist relaxante
 Stevie Wonder « Send one your love »
 Enya « Orinoco Flow »
 Brian Eno « Music for Airports »
 Mozart « Concertos pour pianos » (Tous)
Simon & Garfunkel « El Condor pasa »

 Une playlist romantique
 Sade « Smooth Operator »
 Chris Isaak « Wicked Game »
 Marvin Gaye « Let’s get it on »
 The XX « Islands »
 John Legend « Ordinary People »

XI)******************************** Comment entretenir les orchidées

Avec nos conseils pour prendre soin de vos orchidées, désormais elles seront votre fierté, parce
qu'enfin, vous réussirez à les faire refleurir. Il y a environ 25 000 espèces d'orchidées à travers le
monde. A l'origine, c'était une plante terrestre. Pour pouvoir continuer à vivre dans un environnement
plus difficile, elle a développé des racines aériennes pour se fixer aux arbres et avoir ainsi de
meilleures conditions de vie. Cela fait de l'orchidée une plante qu'il faut chouchouter selon 4 règles
essentielles. Alors lisez-les attentivement, et longue vie à vos orchidées !

La température
Quand elles sont dans la nature, les orchidées s'épanouissent grâce aux différences de température
qu'il y a entre le jour et la nuit. Il faut donc veiller à placer votre plante dans un lieu où la
température est plus fraîche la nuit que le jour. Vous pouvez par exemple placer votre orchidée
devant une fenêtre. Cette précaution à prendre a toute son importance parce que ce sont en fait les
écarts de température qui induisent la floraison de votre orchidées.

Placez-la dans à un endroit que vous aérez régulièrement. Les orchidées aiment avoir un peu d'air.
Mais attention, leur tige est fragile ! Il faut également veiller à ce qu'elle ne soit pas en plein
courant d'air froid, surtout l'hiver.

La lumière
L'orchidée fait partie de ces plantes qui aiment la lumière. Selon les espèces, certaines en ont plus
besoin que d'autres. L'idéal est donc d'installer votre orchidée à 20 ou 30 cm d'une fenêtre. Il faut
qu'il y ait un rideau fin ou un voilage parce que le soleil ne doit pas taper sur la plante au risque de
la brûler.

L'arrosage et l'humidité
Evidemment, la fréquence d'arrosage dépend de l'endroit où est placée votre orchidée. Plus l'endroit
est chaud, plus il faudra l'arroser souvent. Pour savoir quand elle a besoin d'eau, il faut la soupeser,
vous sentirez ainsi si le pot vous semble léger. Dans ce cas placez votre orchidée quelques minutes
dans une bassin d'eau. Lorsqu'il n'y a plus de bulles qui remontent à la surface, laissez-la s'égoutter
avant de la remettre en place. Il faut éviter les cache-pots parce que le fond de la plante ne doit
jamais être dans de l'eau stagnante.

Il faut arroser les orchidées avec une eau très peu minéralisée. Idéalement, si vous pouvez
récupérer de l'eau de pluie, c'est celle qui convient le mieux à votre plante. Si vous n'avez pas
l'occasion, c'est l'eau de Volvic qui est la plus couramment utilisée.

La coupe des tiges
Lorsque toutes les fleurs sont fanées, couper la tige en laissant 2 ou 3 yeux (cela varie en fonction
des espèces). Il faut sectionner à ras en dessus de l'oeil. C'est à ce moment-là que vous verrez s'il
est nécessaire de rempoter votre orchidée. Si les racines sortent du pot il faudra la rempoter.
Coupez d'abord les racines jaunes. Puis remettez en pot avec du terreau spécial pour les orchidées,
et tassez bien.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu